La finale de la Coupe Gambardella oppose cette après-midi à 17h15 le Stade de Reims à l’AJ Auxerre. L’occasion pour EspoirsduFootball.com de revenir sur le destin de certains jeunes joueurs qui ont brillé lors des finales des récentes éditions.

Edition 2000-2001 : FC Metz – SM Caen (2-0) : Franck Béria (10è) et Séga Ndiaye (62è)

Franck Béria (1983) premier buteur de la finale, actuellement défenseur du LOSC, réalise une bien meilleure carrière que le second buteur Séga Doudou Ndiaye (1984), qui a surtout brillé dans Football Manager. Béria est resté au FC Metz jusqu’en 2007, remportant le titre de Champion de France de Ligue 2 lors de sa dernière saison en Lorraine avant de remporter la Ligue 1 en 2011 avec le LOSC. De son côté, Séga Doudou Ndiaye a joué 3 petits matchs de Ligue 2 lors de la saison 2002-2003. Agé de 16 ans à l’époque, le sénégalais est ensuite passé par le Racing Paris puis l’US Carcassonne. Nous avons perdu sa trace en 2006.

Edition 2001-2002 : FC Nantes – AJ Auxerre (1-0) : Ibrahim Baptiste (44è)

Unique buteur de l’édition 2002, Ibrahim Baptiste (1984) était un grand espoir du football français. Au sein d’une excellente génération nantaise composée notamment d’Alexis Thébaux, Emerse Faé ou encore Milos Dimitrijevic et Luigi Glombard, cet attaquant, natif d’Epinal sur Seine s’éclate. International français chez les jeunes, il n’aura jamais la même réussite au plus haut niveau. Il va rapidement s’exiler en Espagne, enchainant les clubs modestes tels que le Pontevedra CF ou le CE l’Hospitalet.

Edition 2002-2003 : Stade Rennais – RC Strasbourg (4-1) : Yoann Gourcuff (15è), Stéphane N’Guema (36è et 40è), Jimmy Briand (42è) – Eric Mouloungui (43è)

Une des finales les plus prolifiques de ces dernières années avec deux formations qui ont donné de nombreux internationaux ou joueurs de Ligue 1. Les quatre buteurs de la finale sont tous devenus internationaux. Yoann Gourcuff (1986) et Jimmy Briand (1985) avec la France et Stéphane N’Guema (1984) et Eric Mouloungui (1984) avec le Gabon. Les deux premiers sont désormais coéquipiers à l’Olympique Lyonnais, N’Guema a évolué dans des clubs français de seconde zone avant de retourner au Gabon tandis que Mouloungui a notamment brillé à l’OGC Nice. Il est désormais libre de tout contrat.
Outre ces joueurs, nous pouvons citer les professionnels Florent Chaigneau, Sébastien le Toux, Grégory Bourillon, Jacques Faty, Jonathan Bru ou encore Arnold Mvuemba coté Rennais et Habib Bellaid, Pape Sow ou Ludovic Sylvestre pour le club alsacien.

Edition 2003-2004 : Nîmes Olympique – Le Mans UC 72 (0-2) : Vincent Abbal csc (51è) et Jérémy Choplin (90è)

Cette finale surprenante mettant aux prises le Nîmes Olympique de Adil Hermach et Nabil El Zhar a finalement vu la victoire du Mans qui disposait à l’époque d’une très belle génération. Jérémy Choplin (1985) est maintenant un des leaders du FC Metz, qui évoluera en Ligue 1 la saison prochaine. Plusieurs de ses ex-coéquipiers sont également devenus professionnels : Mathieu Coutadeur, Martin Douillard, Ludovic Ball, Mamadou Samassa et Yannick Yenga. Tous ces joueurs sont désormais orphelins de Clément Pinault, décédé en janvier 2009.
Buteur contre son camp, Vincent Abbal (1985) est passé par Nîmes et Agde avant de stopper sa carrière.

Edition 2004-2005 : Toulouse FC – Olympique Lyonnais (6-2) : Ibor Bakar (17è), Kevin Dupuis (23è, 33è), Anthony Robic (44è), Xavier Pentecôte (49è), Thomas Ayasse (55è) – Karim Benzema (59è), Hatem Ben Arfa (74è).

Comment l’Olympique Lyonnais, qui alignait une attaque composée de Karim Benzema, Hatem Ben Arfa, Loïc Rémy et Anthony Mounier, membres de l’exceptionnelle génération lyonnaise 1987 a t’elle fait pour sombrer contre le Toulouse FC. Sans doute la faute à un match pris par dessus la jambe par les jeunes lyonnais, trop convaincus de leur talent.
Ibor Bakar (1986), jeune marseillais est retourné dans sa région natale en 2006. Devenu international comorien, il est passé par Marseille Consolat, l’US Marignane, Gardanne et plus récemment par l’USLL 1er Canton. Egalement marseillais, le double buteur Kevin Dupuis (1987) est ensuite passé par Rodez, Châteauroux, Courtrai (Belgique) avant de revenir à Châteauroux. Xavier Pentecôte (1986), sans doute le meilleur joueur toulousain, aurait pu avoir un tout autre destin. Excellent à Bastia, il a souffert de deux ruptures des ligaments croisés. Ses anciens coéquipiers Anthony Robic (1986) et Thomas Ayasse (1987) font des carrières pros honnêtes. Le premier est désormais à Laval. Le second à Nancy.

Edition 2005-2006 – RC Strasbourg – Olympique Lyonnais (3-1) – Nordine Assami (41è), Julien Olivier (80è), Simon Zenke (90è) – Karim Benzema (49è)

Une nouvelle fois, l’Olympique Lyonnais aligné une superbe attaque. Et à nouveau, les rhodaniens se sont inclinés contre une équipe beaucoup plus modeste. Karim Benzema (1987) s’est fait voler la vedette par des joueurs aux carrières bien plus modestes que celle de l’international lyonnais du Real Madrid. Nordine Assami (1987) fait désormais carrière en CFA à Marseille Consolat après être passé par Istres, Marignane et Gap. Il a également été pro au FK Pribram (République Tchéque) et à la JS Kabylie (Algérie). Julien Olivier (1988) n’a jamais percé au niveau professionnel. Passé par Colmar, il évoluait en DH à Biesheim en Alsace avant de quitter le club. Dernier buteur, Simon Zenke (1988) fait une carrière honnête en Turquie. Revenu en France, à Nancy, il n’a guère brillé.

Edition 2006-2007 : FC Sochaux – AJ Auxerre (2-2 tab 5-4) : Lynel Kitambala (36è), Alain Traoré (78è) – Geoffrey Tulasne (61è), Sloan Privat (87è)

Emmené par un capitaine Marvin Martin, devenu international français, le FC Sochaux a pu compter sur deux joueurs qui sont devenus professionnels avec le FC Sochaux. Sloan Privat (1989) a marqué plusieurs buts décisifs avec le club doubiste, notamment de la tête, mais c’est surtout à Clermont qu’il a brillé. Il a ainsi terminé 3è meilleur buteur de Ligue 2 en 2011. Il évolue désormais à La Gantoise en Belgique. Son ancien coéquipier, Geoffrey Tulasne (1988), devenu pro en 2008, a quitté le FC Sochaux en 2012, pour rejoindre le Red Star.
Les auxerrois Lynel Kytambala (1988) et Alain Traoré (1988) sont également devenus professionnels. Le premier est passé par Dijon, Lorient, Saint-Etienne et Dresde avant de retenir à Auxerre cette année. International burkinabé et milieu du FC Lorient, Alain Traoré a montré à de nombreuses reprises qu’il aurait pu être l’un des meilleurs joueurs de Ligue 1 s’il n’avait pas accumulé autant de blessures.

Edition 2007-2008 : Stade Rennais – Girondins de Bordeaux (3-0) : Hicham M’Laad (21è), Yann M’Vila (30è), Damien Le Tallec (76è)

Malgré la présence de Grégory Sertic, Grzegorz Krychowiak, Henri Saivet ou encore Gabriel Obertan, les Girondins de Bordeaux n’ont pas pesé bien lourd contre les Rennais de Yann M’Vila (1990). Devenu international français avec le Stade Rennais, M’Vila s’est désormais exilé en Russie au Rubin Kazan. Une carrière en passe d’être gâchée. Presque autant que celle de Damien Le Tallec (1990) parti au Borrussia Dortmund à l’âge de 19 ans, sans y briller. Passé par le FC Nantes ensuite, il a ensuite pris le chemin d’Hoverla en Ukraine. Il est désormais sans club depuis les récents événements politiques en Ukraine. Premier buteur lors de cette finale, Hicham M’Laab (1990) a quitté le Stade Rennais en 2010 pour rejoindre le club de sa ville natale, Pau. Après 3 saisons pleines en CFA, il a signé avec la réserve du RC Lens cet été.
Les rennais alignaient une superbe génération avec Théophile-Catherine, Souprayen, Le Marchand, Brahimi ou encore Pajot.

Edition 2008-2009 : Montpellier HSC – FC Nantes (2-0) : Dimitri Sarasar (17è), Rémy Cabella (54è)

Le football est parfois cruel. Si Rémy Cabella (1990) brille désormais avec le club héraultais avec 14 buts en Ligue 1 cette saison, son ancien coéquipier Dimitri Sarasar (1991) évolue désormais dans l’équipe de Futsal de Martigues après être passé par les équipes réserves du Sporting Bastia et de l’AC Ajaccio. Montpellier comptait dans ses rangs de nombreux jeunes joueurs passés pro comme Ligali, El Kaoutari, Mézague, Martin ou les plus connus Belhanda et Stambouli. De son côté, le FC Nantes comptait également des futurs pros dans ses rangs : Alhadur, Sasso, Carole ou encore Nego.

Edition 2009-2010 : FC Sochaux – FC Metz (1-1, 3-4 tab) : Cédric Bakambu (39è) – Jordan Faucher (54è)

Comme souvent, ce n’est pas le buteur coté vainqueur qui s’en sort le mieux individuellement. Si Cédric Bakambu (1991) ne confirme pas encore pleinement les espoirs placés en lui, il a remporté le titre de Champion d’Europe U19 en 2010 et s’est fait une place de titulaire (irrégulier) à la pointe de l’attaque sochalienne. De son côté, Jordan Faucher (1991), buteur pour le club lorrain réalise un début de carrière plus que moyen. Non conservé par le FC Metz à l’issue de la finale de la Coupe Gambardella, Faucher a trouvé preneur au Tours FC. Après seulement une saison en Touraine, l’attaquant s’est exilé en D3 belge à Tournoi avant de poursuivre sa carrière au Royal Antwerp. Depuis février dernier, il évolue au Maccabi Herzliya.

 Edition 2010-2011 : AS Monaco – AS Saint-Etienne (1-1, 4-3 tab)  : Jérémy Labor (6è) – David Douline (82è)

Alors que Monaco alignait de nombreux futurs professionnels de bonne voire très bonne qualité (Appiah, Kurzawa, Assana, Eysseric, Ferreira Carrasco, Makengo) tout comme Saint-Etienne (Zouma, Polomat, Diomandé, Saadi, Mayi), les deux buteurs de la finale de la Gambardella 2011 ne se sont pas encore fait un nom au plus au niveau. Jérémy Labor (1992) a signé pro en 2012 mais n’a jamais eu réellement sa chance à Monaco. Prêté depuis 2013 au RWDM Brussels en D2 belge, ce défenseur ne devrait pas revenir en Principauté. Côté stéphanois, David Douline (1993) n’est déjà plus au club depuis longtemps. Dans la foulée de son buteur en finale, il est parti rejoindre la réserve de l’Evian TG. Depuis 2013 il joue à Chasselay, le club de Ludovic Giuly, en CFA.

Edition 2011-2012 : OGC Nice – AS Saint-Etienne (2-1) : Arthur Leblanc (9è), Alexy Bosetti (19è) – Pierre-Yves Polomat (52è)

Battus l’année précédente, les stéphanois étaient de retour au Stade de France pour affronter l’OGC Nice. Pierre-Yves Polomat (1993), déjà présent en finale en 2011 a été l’unique buteur des Verts. Vainqueur de la Coupe du Monde U20 avec les Bleuets, Polomat évolue désormais à Châteauroux où il est actuellement prêté. Les deux niçois font encore partie de l’effectif du Gym. Alexy Bosetti (1993), également Champion du Monde U20 en 2013 commence à marquer régulièrement avec les pros. De son côté, Arthur Leblanc (1993) est encore membre de la CFA niçoise. Le jeune Neal Maupay était entré en jeu pour le club azuréen.

Edition 2012-2013 : CS Sedan – Girondins de Bordeaux (0-1) – Gaëtan Laborde (87è)

Buteur en toute fin de match pour les Girondins, Gaëtan Laborde (1994) a parfaitement réussi la transition. Prêté au Red Star par le club bordelais, Laborde s’éclate en National. Auteur de 13 buts en 21 matchs sous les couleurs du club audonien, il devrait revenir à Bordeaux la saison prochaine au sein d’une attaque qui manque cruellement de finisseurs.

Conclusion

Ce retour sur le destin des buteurs, et plus généralement des joueurs, qui ont brillé lors des finales de Coupe Gambardella de ces dernières années confirme une chose. Que même quand des joueurs brillent à l’âge de 18 ou 19 ans, leur destin professionnel n’est pas assuré. De nombreux jeunes joueurs, auteurs de solides performances lors de ces finales évoluent désormais à des niveaux amateurs ou dans des clubs étrangers moyens.
Ces destins s’expliquent par un mauvais concours de circonstances, des blessures ou un entraîneur du groupe professionnel ne faisant pas confiance aux jeunes,  mais également par des mauvais choix de carrière.
A ce titre, les finales de 2005 et 2006 perdues par l’Olympique Lyonnais contre des formations modestes illustrent parfaitement ce constat.