Gael Kakuta humilie André-Pierre Gignac

Gael Kakuta, l’attaquant de Dijon prêté par Chelsea lors du mercato hivernal s’est parfaitement adapté à la Ligue 1. Il déjà trouvé le chemin des filets à quatre reprises depuis son arrivée en Bourgogne, en étant notamment auteur du but de la victoire contre l’Olympique de Marseille ce week-end.

Mais outre son but, Gael Kakuta s’est également illustré de fort belle manière en réussissant un dribble sublime humiliant l’international français André-Pierre Gignac.

L’ancien membre du centre de formation du RC Lens confirme tout son potentiel, entrevu notamment avec l’Equipe de France U19.

[youtube id="ERnc0N5n580" width="600" height="350"]

Eric Bauthéac - »Pour l’instant je suis dijonnais.. »

Bonjour Eric , comment te sens-tu après des vacances bien méritées ?

Je me sens très bien j’ai repris mon programme tranquillement, la reprise avec de nouvelles têtes après on part en stage tout va s’enchainer vite.

La saison dernière , tu as réalisé une grande saison ( 36 matchs 6 buts ), comme ton club , alors que ce n’était que ta 1ère saison en Ligue 2 . Quel bilan tires-tu personnellement ?

A titre personnel je pense avoir fait une belle saison même si je dois etre encore plus décisif maintenant le plus dur reste a venir…

Donc après une saison en Ligue 2 , te voici en Ligue 1, comment appréhendes-tu cette saison ?

Je me rends pas compte encore que nous sommes en Ligue 1 c’est quand on sera au Velodrome, Gerland ou au Parc devant un stade plein que je m’en rendrai vraiment compte..

Qu’est-ce qu’il faudrait , selon toi , à Dijon pour réussir sa saison en Ligue 1 , quand on voit le résultat de plusieurs promu qui redescende directement comme Arles-Avignon la saison dernière ?

Si le président arrive à conserver l’ossature du groupe avec quelques renforts de qualits je pense que nous avons notre carte à jouer même si on est conscient que cela va être un championnat très difficile.

Revenons à toi , comme on l’a déjà dit , la saison dernière était ta première saison en Ligue 2 , tu fais donc le tremplin en passant de National à la Ligue 1 en 3 saisons. Quelle différence y-a-t-il selon toi entre ces différents championnats et comment un joueur , comme toi , doit se préparer pour s’adapter au niveau ?

Entre le championnat de National et celui de Ligue 2 l’écart n’est pas énorme. En National j’ai vu des joueurs plus forts que certains de Ligue 2, la difference c’est la vitesse de jeu et la Ligue 1 va être encore plus rapide et les erreurs se paient cash donc il va falloir être tres attentif.

En National , tu as passé 3 saisons à Cannes ( 77 matchs et 15 buts ) quelles sont les souvenirs que tu gardes de cette aventure ?

Je garde de très bons souvenirs de mon passage à Cannes même si j’ai un goût d’inachevé car nous avons frôlé la montée en finissant 4eme derrière Arles avec Patrice Carteron comme coach d’ailleurs c’est dommage car le club mérite vraiment son accession en ligue 2.

Lors de ton passage à Cannes tu as pu côtoyer un grand nom du football international , Jan Koller , qu’est ce que tu peux nous dire sur lui ? Est-ce que tu as appris à ses côtés durant ses quelques mois ensemble ?

Jan est un grand homme dans tous les sens du terme.. il est arrivé dans le groupe tout timide alors que beaucoup de joueurs de son statut aurait pu se la péter mais lui non.. j’ai beaucoup appris en jouant à ses côtés en lui demandant souvent des conseils sur mes appels mon placement autour de lui.

Tu étais déjà entrainé par Patrice Carteron , qui ta fait venir à Dijon , un petit mot sur la personne qui te fait passer du monde semi-professionnel à l’élite française ?

Patrice est passé d’un coach qui découvrait le banc à Cannes à un coach expérimenté de Ligue 2 en l’espace de 2 ans je me suis rendu compte cette saison qu’il a prit une grande ampleur. il fait partie des très bons entraîneurs francais maintenant.

Tu as également un autre lien avec ton entraineur , tu as été formé à l’AS Saint-Etienne pendant que lui évoluait en professionnel avec ce même club . Est-ce que tu le connaissais de cette période ou quand tu as quitté le club pour Cannes ce fut une découverte ?

Pendant que moi j’etais en pleine formation au centre lui était avec l’équipe pro et je me rappelle quand j’allais voir les matchs il se défoncait sur un terrain c’est ce qui ma marqué chez lui car j’adore les joueurs comme ca..

D’ailleurs , pourquoi avoir quitté l’AS Saint-Etienne qui est un club réputé pour sa formation . Pourquoi ne pas avoir tenté de percer en pro là-bas ?

J’ai pris un autre chemin et je ne regrette rien car j’ai beaucoup progressé depuis mon passage à Cannes et à Dijon et maintenant me voila au même niveau qu’eux..

As-tu encore des contacts avec des pensionnaires du centre de formation de l’ASSE ?

Oui tous les étés on part en vacances avec mes anciens coéquipiers. On passe 2 semaines ensemble car pour certains on se voit pas durant une année entière.

Suite à ta dernière saison , on a pu entendre dire que tu étais suivi par plusieurs clubs en france , espagne et italie dont Monaco , Auxerre et Nancy . Que peux-tu nous dire là dessus ? Y-a-t-il ou y-a-t-il eu des contacts ?

Oui j’ai des contacts avec certains clubs, il me reste 1 an de contrat avec dijon mais bon nous savons très bien que le football va vite…on verra bien ou je serai avant le 31 aout..

Peux-tu dire à ce jour si tu seras dijonnais ou non la saison prochaine ?

Pour l’instant je suis dijonnais..

Un petit mot pour nos lecteurs ?

J’espère les voir nombreux au stade on va tout faire pour continuer a les faire vibrer…

Portrait chinois – Eric Bauthéac

ETAT CIVIL

Nom : Bauthéac
Prénom : Eric
Date & Lieu de Naissance : 24/08/87 a Bagnols sur ceze
Taille : 1m69
Poids : 66 kg
Droitier ou Gaucher : Gaucher
Clubs successifs : pont st esprit, orange, st etienne, cannes, dijon
Etudes & diplômes : Bep comptabilité


PORTRAIT CHINOIS

Si tu étais un footballeur français : Franck Ribéry
Si tu étais un footballeur étranger : Lionel Messi
Si tu étais un club français : OM
Si tu étais un club étranger : Barça
Si tu étais un entraîneur français : Laurent Blanc
Si tu étais un entraîneur étranger : Josep Guardiola

Si tu étais un arbitre : Mr Collina
Si tu étais un geste technique : Passement de jambe
Si tu étais un but : Retourné
Si tu étais un match de football référence :
Si tu étais un trophée : Ligue des Champions
Si tu étais un sportif célèbre : Lionel Messi
Si tu étais un acteur célèbre : Brad Pitt
Si tu étais un film : Les Collègues
Si tu étais un chanteur célèbre : Booba
Si tu étais une chanson : La Marseillaise
Si tu étais un personnage célèbre : Astérix
Si tu étais une ville : Montpellier
Si tu étais un pays : Brésil
Mais tu es : Eric Bauthéac tout simplement

Dijon – Ribas quitte le club

L’entraîneur de Dijon Patrice Carteron vient d’annoncer que l’attaquant Sebastian Ribas, meilleur buteur de Ligue 2, va quitter la Bourgogne.

«Mais nous ne pouvons pas nous aligner sur ce qu’il pourrait toucher ailleurs. Sebastian s’en va, mais la mort dans l’âme. Et nous aussi, nous sommes forcément très tristes».

Sebastien Ribas est notamment convoité par la Fiorentina et Manchester City

Exclusif : Entretien Sebastian Ribas

????????A force d’empiler les buts avec le DFCO, Sébastian Ribas attire toute la lumière sur lui. A seulement 23 ans, l’Uruguayen pourrait bien rejoindre la Ligue 1 avec Dijon, ou avec l’un des nombreux clubs qui s’intéressent à lui. Rencontre avec un goleador qui maîtrise parfaitement la langue de Molière.

Interview réalisée après la 30ème journée

Tu es à Dijon depuis 3 ans. Tu es actuellement meilleur buteur de Ligue 2 avec 18 buts (NDRL : il est à 19 buts depuis). Est-ce que t’es fixé un objectif ?

Non, je ne me suis pas fixé d’objectifs. Le titre de meilleur buteur, c’est sûr que ça ferait plaisir. Mais c’est à la fin qu’on fera le bilan. Mon objectif, c’est d’être performant avec l’équipe, de marquer pour l’équipe. Je savais que je pourrais apprendre beaucoup de choses de cette équipe, de ses joueurs. C’est pour ça que je me donne à fond.

Dijon est actuellement 2ème de L2 (NDLR : le DFCO est 5ème depuis). Quelles sont réellement les ambitions du club ?

 On veut toujours faire le mieux possible mais c’est difficile. L’objectif, c’était d’abord le maintien. C’est réussi. Maintenant, on va prendre du plaisir pour les 8 matches qui restent. Chaque joueur joue pour aller plus haut, pour être meilleur. On va essayer d’arriver le plus haut possible.

Est-ce qu’être en haut du classement inflige une pression supplémentaire ?

 Non pas du tout ! Il n’y a aucune pression. Dans cette équipe, il y a beaucoup de jeunes mais aussi des joueurs d’expérience comme Stéphane Morisot, Mickaël Isabey et Jean-Daniel Padovani. Ils parlent beaucoup, essaient de nous aider. On est content de la place qu’on occupe actuellement mais on sait aussi que tout va très vite dans le football. On reste très calme par rapport à tout ça.

Ton complice d’attaque, Pierre-Emerick Aubameyang, évolue maintenant à Saint Etienne. De grosses écuries s’intéressaient aussi à toi. Pourquoi avoir choisi de rester à Dijon ?

Tout simplement parce que je pensais que c’était trop rapide. L’arrivée de Patrice Carteron a fait beaucoup de bien au club, il a cette envie constante d’amener le DFCO vers le haut. Ca a fait pencher la balance. A Dijon, je savais que j’avais la possibilité de m’améliorer, ce que je fais d’ailleurs depuis 3 ans.

Qu’est-ce que tu as retenu de ton expérience à l’Inter Milan ?

J’ai appris énormément de choses ! J’ai côtoyé de grands joueurs. Pour moi, ça a été l’université du football. Pas seulement sur le terrain, mais aussi humainement. Mais pour les jeunes joueurs, c’est difficile de s’imposer. Le championnat italien correspond bien à mon style de jeu mais je me plais beaucoup dans le championnat français. Il n’y a pas qu’un style de championnat pour chaque joueur.

Quel joueur tu rêverais d’être ?

 Sebastian Ribas ! Après, il y a plein de joueurs que j’admire. J’ai eu la chance de rencontrer Maradona, un joueur extraordinaire. Et j’aimerais beaucoup rencontrer Didier Drogba.

 Dans quel club tu rêverais d’évoluer ?

Dans tous les grands clubs de chaque championnat ! Il n’y a pas qu’un seul club qui me fasse rêver. Déjà à l’Inter, je vivais un rêve.

Qu’est-ce qu’il te faudrait de plus pour évoluer en équipe nationale (l’Uruguay) ?

 Pour être international, il faut continuer à beaucoup travailler et à marquer des buts car c’est la seule vérité pour un attaquant. L’équipe nationale, ce sont les joueurs de haut niveau. Il faut donc encore beaucoup travailler.

 On sait que plusieurs clubs de Ligue 1 s’intéressent à toi. Comment tu vois ton avenir ?

 C’est difficile de répondre pour le moment. Je pense d’abord aux 8 derniers matches et à bien finir la saison. On verra le reste après.

 Quels sont tes hobbies dans la vie ?

Ma vie, c’est le foot ! A part ça, je lis beaucoup et je joue au tennis. Sinon, en ce moment j’apprends l’anglais. J’aime beaucoup apprendre une nouvelle langue.

Propos recueillis par Mathilde Zaragoza

Crédits photo : Vincent Poyer