Reportage – Retour sur la Peronne Cup 2016

Du 12 au 14 août avait lieu la Peronne Cup que nous vous avions présenté il y a quelques semaines. EspoirsduFootball.com était sur place pour suivre la première édition de cette compétition prometteuse.

Les équipes jouent le jeu

Il est 9h30 lorsque la compétition débute le vendredi 12 août. Pour l’occasion, le soleil a (enfin) décidé de se montrer (et ce sera le cas pendant toute la Peronne Cup). Le premier match, ayant lieu à Thaon (club à l’initiative du projet), voit l’AS Monaco rencontrer les belges d’Anderlecht. Dès les premiers contacts, on remarque que les deux équipes ne sont pas là pour faire de la figuration et au terme des deux mi-temps de 30 minutes, ce sont les joueurs du Rocher qui l’emportent par la plus petite marge. Ce premier match plante le décor : les équipes, si elles sont là pour se tester (avec notamment plusieurs joueurs à l’essai), sont aussi là pour aller le plus loin possible. Le niveau affiché pendant les 3 jours ainsi que l’intensité des matchs sont déjà une première réussite.

Au terme des 3 matchs joués par chaque équipe, le premier de chacune des 4 poules se qualifie pour les demi-finales. Pour les autres équipes, des matchs de classement ont eu lieu jusqu’au dimanche matin. Au final, les 4 équipes qualifiées sont l’AS Roma, l’Udinese, Palmeiras et le PSV Eindhoven. La solide équipe romaine s’appuie sur un trident offensif ravageur : Antonucci, Keba et Tumminello. L’Udinese et le PSV sont des équipes très solidaires avec une grosse densité. Enfin, les brésiliens de Palmeiras sont résolument tournés vers l’avant avec un impact important des latéraux (notamment Mailton Dos Santos de Sa), un chef d’orchestre très talentueux (Vitinho), un ailier percutant (Artur Guimaraes) et un avant-centre réaliste (Matheus Iacovelli) qui a d’ailleurs remporté le prix du plus beau but du tournoi avec une bicyclette en demi-finale contre les italiens de l’Udinese.

Le spectacle au RDV

La première demi-finale opposait Palmeiras à l’Udinese. Au terme d’une première mi-temps, dominée par les brésiliens, les deux équipes rentraient aux vestiaires sur le score de 0-0. Palmeiras revenait avec les mêmes intentions aperçues tout au long du tournoi et concrétisait sa domination dès la 34′ minute avec une réalisation de Walter Suiz. Fort de cette ouverture, les Alviverdes continuaient à pousser et une minute plus tard sur un ballon qui trainait dans la surface, Matheus Iacovelli, l’athletique attaquant de Palmeiras s’envolait pour claquer une bicyclette qui ne laissait aucune chance au portier italien. A 2-0, on pensait le match plié. Seulement, après avoir fait sauter le verrou italien, les brésiliens faisaient preuve de facilité. A force de reculer et de laisser venir les italiens, Palmeiras s’exposait. C’est donc logiquement que les italiens réduisaient le score par l’intermédiaire d’Armenakas (40′). Assommés, les brésiliens ne maitrisaient pas la fin de match et trois minutes seulement après la réduction du score, l’Udinese revenait à 2-2 grâce à Variola. Au terme des 60 minutes, les deux équipes étaient toujours à égalité. La séance de tirs aux buts voyait finalement les italiens s’imposaient (3-2 tab) grâce à leur portier Davide Borsellini.

L’autre demi-finale opposait les italiens de la Roma, impressionnants pendant la phase de poule, au PSV Eindhoven. Dans un match engagé, les romains ont fait la différence grâce à leur buteur providentiel, Marco Tumminello (qui a fait ces débuts en Serie A en janvier dernier), auteur d’un doublé (9′ et 47′). Pas forcement dominateurs dans le jeu, les Giallorossi ont fait preuve de réalisme et d’une grande maturité pour s’imposer malgré la réduction du score tardive des néerlandais (60′ par Joell Piroe). Les joueurs du PSV n’ont pas su concrétiser les occasions face à une équipe bien en place. Ils ont réalisé, malgré tout, un beau tournoi et termineront même 3e après leur victoire le lendemain face à Palmeiras, malgré une nette domination des brésiliens.

La finale de cette première Péronne serait donc 100% italienne avec une opposition entre la Roma et l’Udinese. Le match était assez fermé et les occasions rares. Les Zebrette proposaient un bloc très solide et c’est fort logiquement que les deux équipes arrivaient au bout du temps réglementaire sur un score nul et vierge. La décision se ferait donc aux penaltys et pour les joueurs de l’Udinese, ça devenait presque une habitude. Dans une séance crispante, ce sont finalement les romains qui se sont imposés (6-5) et qui ont pu fêter dignement la victoire. Un premier vainqueur heureux à en voir les visages et la joie des champions d’Italie U19 en titre qui n’étaient pas venus en Normandie pour faire de la figuration.

Cette première édition de la Peronne Cup aura donc été pour nous l’occasion de voir de très bons joueurs de football et parmi tous ces joueurs certains ont particulièrement attiré notre attention. Voici une liste non exhaustive etcomplétement subjective de quelques talents présents :

Gardiens : Aboubakar BAH (1999, OGC Nice), Mike Van Den Meulenghl (PSV Eindhoven)….

Défenseurs : Reian MEDDOUR (1998, Anderlecht), Sebastiaan BORNAUW ( 1999, Anderlecht) , Stefano CIAVATTINI (1998, AS Roma), Maoudo DIALLO ( 1999, AS Roma)…

Milieux : Mauro Dos Santos (1999, PSV Eindhoven), Mirko ANTONUCCI (1999, AS Roma), VITINHO (1998, Palmeiras), Artur GUIMARES (1998, Palmeiras)…

Attaquants : Maher HAMMED (1998, OGC Nice), Nabil ALIOUI (1999, AS Monaco), Trésor NDAYISHIMIYE (1999, Anderlecht), Marco TUMMINELLO ( 1998, As Roma), Hakim ABDALLAH (1998, STOKE CITY), Matheus IACOVELLI (1998, Palmeiras), Sidy Coly KEBA (1998, AS Roma)…

Une première édition prometteuse

Au terme des 3 jours de compétition et alors que la Roma remportait la première édition de la Peronne Cup, l’heure était déjà aux conclusions. Peu de temps après la remise de la coupe, Julien Gack me confiait que cette première édition était une réussite et que toutes les équipes étaient très satisfaites. Après ce réel succés, la question d’une seconde édition se pose forcément et pour Julien elle aura bien lieu : « on travaillera sur la seconde édition dès la semaine prochaine ». Une édition à laquelle devrait être invitée la Roma en tant que vainqueur mais peut être aussi l’Udinese en tant que finaliste. Cette enthousiasme des organisateurs était aussi visible chez les joueurs. Pour Reian Meddour, le capitaine des belges d’Anderlecht,  » le tournoi était de haut niveau avec beaucoup de clubs renommés comme Milan, Monaco ou encore la Roma ». Le capitaine des Mauves, récent vainqueur de l’Otten Cup (tournoi crée en 1947), me confiait qu’il avait « rarement vu un tournoi aussi bien organisé ». Même son de cloche chez les brésiliens de Palmeiras. Matheus Iacovelli,le talentueux attaquant des Alviverdes, a trouvé le tournoi « très intéressant » et a apprécié le fait que les conditions soient les mêmes que pour des pros.

Pour une première édition, cette Péronne Cup est donc un vrai succès et nul doute que les commentaires des joueurs et dirigeants ayant participé cette année permettront d’attirer de nouveaux clubs prestigieux en Normandie l’année prochaine. Quand on voit avec quel enthousiasme les espagnols de Vigo ont répondu favorablement à l’appel des organisateurs suite au désistement de Boca Juniors, on ne se fait pas trop de soucis… Rdv l’année prochaine pour la seconde édition.

Posted by Jakez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.