Portrait – Kingsley Coman, le grand espoir du PSG

En entrant en jeu dimanche dernier sur la pelouse du Stade Bonal, Kingsley Coman est devenu à 16 ans, 8 mois et 4 jours, le plus jeune joueur de l’histoire du club parisien. Après la sensation niçoise Neal Maupay, il est la deuxième tête d’affiche de l’équipe de France U17 à fouler les pelouses de Ligue 1, lui qui en est sûrement l’élément le plus doué. Portrait d’un jeune en avance sur les autres.

 

 

Il a beau ne totaliser que seize printemps au compteur, Kingsley Coman est pourtant un ancien de la maison. Arrivé au club à l’âge de huit ans en provenance du club de Moissy, il entame cette année sa huitième saison sous les couleurs du PSG.  Stat’ pas banale pour ce supporter du club, quand on sait que nombre de jeunes footeux intègrent les clubs professionnels entre treize et quinze ans. Très vite déjà, le petit Kingsley présentera des qualités peu communes pour un enfant de son âge, ce qui lui permettra de glaner plusieurs titres de meilleur joueur dans divers tournois dans les très jeunes catégories. Leader technique de la génération 96 parisienne au poste de meneur, de par sa créativité, son bagage technique, son volume de jeu et sa maturité, il ne tarda pas à être surclassé dans les équipes de jeunes, remportant notamment le tournoi international U13 d’Arousa en 2007, aux côtés notamment d’Hervin Ongenda.

Treize ans, l’âge de la rentrée au centre de pré-formation. Celui qu’on appelle couramment « King » prend vite ses repères, et s’impose comme l’élément majeur de la promotion 96 rouge et bleu. Multipliant les assists, cet « amoureux de la passe décisive » formera un duo du tonnerre avec son coéquipier attaquant Moussa Dembélé, également international U17 et aujourd’hui buteur attitré des U18 de Fulham. Après deux superbes saisons, c’est tout naturellement qu’il intègre la sélection francilienne pour la Coupe Nationale U15, dont il devient le porte-étendard. Echouant aux portes de la finale malgré une seconde période à sens unique, les franciliens se consoleront en décrochant la troisième place face à la sélection de la région Rhône-Alpes. Poumon de l’équipe francilienne avec son pendant Dembélé, il profitera de l’occasion pour se faire remarquer par nombre d’observateurs durant le tournoi.

Alors que d’autres jeunes développent des qualités athlétiques très jeunes, Kingsley a quant à lui entrepris un autre chemin. De numéro 10 mature, au volume de jeu supérieur à la moyenne et au bagage très complet, il commence à élargir ses possibilités en commençant à développer dès quatorze ans des qualités d’explosivité et de perforation de tout premier plan. Déjà considéré comme rapide et fort sur ses jambes en jeunes catégories, il appuie davantage cet aspect en se dotant à terme d’appuis rares, faisant souvent des différences impressionnantes dans les démarrages balle au pied. Des qualités qui lui permettent de présenter une polyvalence on ne peut plus appréciable. Bien que tirant son meilleur au poste de soutien de l’attaquant, il se montre également très à l’aise sur les ailes, à gauche de préférence, et au poste de milieu relayeur.

 

 

Après avoir confirmé ces promesses dès ses premiers matchs en U17, il est tout naturellement appelé avec la sélection U16, alors dirigée par Patrick Gonfalone, et dont il devient un joueur-clé. Echouant aux portes de la finale du Tournoi de Montaigu lors de la séance de tirs au but face au Portugal, et ce malgré un exceptionnel but en solitaire de sa part durant cette rencontre. Bien qu’épaulé de ses compères Neal Maupay, Gnaly Cornet ou Jules Ntcham, il ne pourra permettre à la France d’accrocher le podium lors de la petite finale face aux anglais. Il sera tout de même couronné meilleur joueur de la compétition, lui qui fit tellement de misères aux défenseurs mexicains, portugais et anglais durant cette semaine.

Sortant une nouvelle fois d’une saison de grande facture en U17, l’actuel élève de première S avec un an d’avance intègre de façon logique l’équipe des U19 de David Bechkoura, alternant d’abord entre l’entrejeu et l’aile gauche de l’attaque, n’évoluant à son poste naturel que lors de ses redescentes en U17. Particulièrement remarqué lors des matchs de NextGen Series, il se révèle décisif face à Manchester City à l’aller, trouvant la faille d’un centre du gauche après avoir usé l’arrière droit anglais durant toute une mi-temps. Buteur à Fenerbahçe, il ne put trouver la faille lors de la victoire face à City au retour, malgré une prestation d’ensemble le faisant ressortir du lot. Auteur d’un très joli but face à la Juventus en décembre dernier, il fut l’un des acteurs majeurs de la qualification parisienne pour les huitièmes de l’épreuve. Au dessus de la mêlée hier face aux anglais de Tottenham bien qu’étant le plus jeune sur la pelouse, il ne put permettre à son équipe de remporter la victoire, échouant de façon malheureuse lors de la séance de tirs au but.

Des échos qui n’arrivèrent pas dans l’oreille d’un sourd. Après l’avoir invité à plusieurs reprises à des séances fin 2012, Carlo Ancelotti l’intègre définitivement au groupe professionnel dès son retour de l’Al Kass International Cup dont nous vous faisions mention dernièrement. Entré en jeu dimanche dernier, et également inscrit sur la liste de réserve pour la Ligue des Champions, le jeune Coman semble donc sérieusement commencer à pointer le bout de son nez. Une belle nouvelle pour la formation du PSG, et la formation française en général. Comme un mini pied de nez aux idées reçues, celles faisant état d’un PSG qatari inaccessible pour les jeunes du centre de formation. Si ce n’est que le début, et si la route est encore longue et semée d’embûches, il n’y a en tout cas, compte tenu de son potentiel, aucune raison de ne pas y croire.

Fiche de Kingsley Coman

Nom : Coman
Prénom : Kingsley
Date de naissance : 13 juin 1996
Lieu de naissance : Paris (France)
Pays : France
Poste : Milieu offensif
Clubs successifs : Moissy Cramayel (2002-05), Paris SG (depuis 2005)

Posted by Kefka-Palazzo

  1. N'oubliez pas pereira de sa Roli

    Répondre

  2. On le connait t'inquiète pas. Né en fin d'année, son potentiel est prometteur, à lui de bien franchir les paliers.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.