Portrait – Freddy Adu, le crash du nouveau Pelé

Lundi, Freddy Adu aurait du être titulaire pour le premier match des Etats-Unis lors de cette Coupe du Monde 2014. Un match symbole entre le Ghana, son pays natal, et les Etats-Unis, son pays d’adoption.
Il aurait du. Il aurait pu. Mais il ne le sera pas. Il sera sans doute loin du Brésil, lui qui pointe désormais au chômage depuis son dernier contrat à Bahia. Au Brésil justement.

 

Alors qu’il n’avait que 13 ans, le “Roi Pelé” en personne l’avait surnommé le “nouveau Pelé”. A seulement 14 ans, Freddy Adu devenait le plus jeune joueur professionnel de l’histoire en signant avec Washington DC United en Major League Soccer.

Bien connu des fans du célèbre jeu de simulation de football Championship Manager, il devait marcher sur le monde du football. Mais finalement ce n’est que sur ce jeu virtuel qu’il aura remporté le Ballon d’Or.

“J’ai lu beaucoup de messages me citant comme une légende de Football Manager. J’aurai aimé que ce soit la même chose dans la vraie vie”

Freddy Adu est né le 2 juin 1989 à Tema au Ghana. A son huitième anniversaire, sa mère obtient une “Green Card” pour les Etats-Unis et embarque sa famille et le petit Freddy aux Etats-Unis. Lieu d’arrivée ? Rockville dans le Maryland.

Fan de soccer au pays du football américain, Adu n’est pas encore ado quand il est repéré par un entraineur de The Heights School à Potomac, dans le Maryland. Il est surclassé dans toutes les catégories. Que ce soit avec son école ou en sélection des Etats-Unis. En 2002, il rejoint l’IMG Academy en Floride.

Professionnel à seulement 14 ans

En 2003, alors qu’il n’a que 13 ans, il dispute la Coupe du Monde U17 en Finlande mais surtout la Coupe du Monde U20 aux Emirats Arabes Unis. Le jeune américain dispute la compétition avec des joueurs âgés de 6 ans de plus que lui. Il est titularisé à 3 reprises en 4 matchs. Et il est loin d’être ridicule. Un phénomène de précocité.

Considéré comme le “Mozart” du football, Freddy Adu enflamme les stades et fait rêver les observateurs et recruteurs du monde entier. Un jour, lors de la Coupe du Monde U17, il décide de dribbler 4 joueurs de l’équipe de Corée avant d’aller tromper le gardien adverse. Un autre il décide de rendre chèvres des adversaires alors qu’il à l’âge de leurs enfants.

Sa vélocité étonne. Sa technique surprend. Et l’alliage des deux fait d’Adu un “wonderful player”.

Dans la foulée de ses excellentes performances sous le maillot américain, Freddy Adu débute en Major League Soccer sous les couleurs de Washington DC alors qu’il n’a que 14 ans. C’était le 3 avril 2004. Seulement 15 jours plus tard, il inscrivait son premier but en MLS, devenant ainsi le plus jeune joueur à marquer à ce niveau. Régulièrement titulaire avec DC United, il fini la saison avec 5 buts et 1 passe décisive en 30 matchs. Des statistiques modestes pour le commun des mortels mais exceptionnelles pour un jeune homme de seulement 14 piges.

Dans la continuité de sa première saison, il enchaine sur un excellent second exercice qu’il termine avec 4 buts et 3 passes décisives. Lors du troisième, il dispute 32 matchs, inscrivant 2 buts.

Les convoitises sont nombreuses. L’Inter Milan propose  750 000 € pour sa venue, mais maman Adu veille au grain et refuse que son rejeton signe en Europe, l’estimant trop jeune pour réaliser le grand saut.

 

Il faut également dire que Freddy Adu n’est pas malheureux aux Etats-Unis. Alors qu’il n’est pas encore majeur, il gagne un million de dollars par an entre son salaire et ses contrats publicitaires.

Il affirme d’ailleurs qu’il a signé pro pour mettre sa mère à l’abri.

« Ce que la plupart des gens ne savent pas, c’est que j’ai décidé de devenir professionnel parce que ma famille était pauvre. A cette époque, ma mère était une mère célibataire. Elle cumulait deux ou trois boulots.
Est-ce que je pouvais refuser un million de dollars alors que nous ne pouvions pas manger ? Non. Clairement. »

 

Même pas majeur, déjà fini ?

Mais alors qu’une explosion du jeune américain était attendue, Freddy Adu a des difficultés à afficher ses progrès. Il stagne. Il participe bien à une nouvelle Coupe du Monde U20 (en 2005) mais ses performances en club sont moyennes. Il perd pied.

Alors qu’il faisait régulièrement la différence contre des joueurs bien plus âgés que lui, plus il se rapproche du monde adulte, plus il semble avoir du mal à se mettre au niveau. Il semble beaucoup moins virevoltant sur le terrain qu’à ses débuts alors qu’il n’a pas encore 17 ans. Des spécialistes locaux lui reprochent de ne pas être assez mature que ce soit mentalement ou physiquement. Il est d’ailleurs l’objet d’intimidation physique sur les terrains de MLS.

Il y a quelques semaines, il confiait au Telegraph qu’il n’avait peut-être pas fait ce qu’il fallait à une époque :

« J’ai été confronté à la pression très jeune. A 14 ans, vous n’êtes qu’un jeune joueur immature. On doit écouter les autres, que ce soit sa famille ou ses entraîneurs. A un moment j’ai subi trop de pression et je ne me suis pas entraîné comme j’aurais du le faire. Ca a freiné mon développement ».

Pour autant, il garde une excellente côte aux Etats-Unis. Il est sélectionné à deux reprises pour le All-Star Game de Major League Soccer, réunissant les meilleurs joueurs de la Ligue. Il débute même en sélection américaine sénior à l’âge de 16 ans et demi.

 

Après trois saisons à Washington et malgré les convoitises de plusieurs formations européennes, il est transféré au Real Salt Lake, toujours en Major League Soccer. Il ne jouera que 11 matchs dans l’Utah. Le temps d’inscrire un petit but et de choisir de s’exiler.

Envol (crashé) pour le Vieux Continent

Alors que les équipes les plus intéressées par le potentiel d’Adu étaient certainement l’Inter Milan et Manchester United, où il a d’ailleurs effectué plusieurs essais, c’est au Portugal que le jeune américain décide de lancer sa carrière européenne. Enfin plutôt de tenter de lancer. 11 bouts de matchs de Superliga avec le Benfica Lisbonne pour sa première saison en Europe. 0 titularisation mais 2 buts.

Déçu de son temps de jeu avec les lisboètes, et alors qu’il vient de fêter son 19ème anniversaire, Freddy Adu est prêté à l’AS Monaco.

Arrivant avec un statut de grand espoir du football international, il va une nouvelle fois décevoir. Son expérience monégasque n’est guère plus concluante que la benfiquiste. Il ne dispute aucun match en tant que titulaire et son temps de jeu total en Ligue 1 est de 97 minutes. Et ses entrées ne sont pas remarquées. Alors que le prêt comportait une option d’achat, celle ci n’est pas levée.

Mais l’AS Monaco sera finalement sans doute le dernier club de renom à figurer dans le CV de Freddy Adu.

 

Confirmation du crash de Freddy Adu

Toujours sous contrat avec le Benfica Lisbonne, Freddy Adu va enchainer les clubs européens mineurs. Alors que 20 ans est souvent considéré comme étant le bel âge, c’est celui de la confirmation du début de la fin pour l’américain.

Lors de la saison 2009-2010, il est prêté sans succès au Belenenses (3 petits matchs) puis à l’Aris Salonique (5 matchs et 1 but). La saison suivante ce sera la Turquie au Caykur Rizespor (11 matchs et 4 buts). Et pas en D1 mais en D2.

Alors que Freddy Adu devait marcher sur le Vieux Continent, la carrière européenne de l’américain est un véritable crash. Une cruelle désillusion pour lui et ses milliers d’admirateurs. 5 clubs européens (Benfica Lisbonne, AS Monaco, Belenenses, Aris Salonique et Caykur Rizespor) et autant d’échecs.

Il aurait pu participer à la Coupe du Monde 2006 avec le Ghana mais a refusé la sélection, pensant être appelé par les Etats-Unis. Mais il ne deviendra pas le plus jeune joueur de l’histoire de la Coupe du Monde, le sélectionneur américain privilégiant les joueurs d’expériences ou l’autre prodige américain, Landon Donovan. En 2010, il sera une nouvelle fois ignoré.

A 22 ans, il est temps pour lui de franchir à nouveau l’Atlantique.

Le corps rapatrié aux Etats-Unis.

En juin 2011, le contrat de Freddy Adu avec le Benfica Lisbonne arrive à échéance. Et alors que des grands clubs européens se le disputait quand il n’était qu’un adolescent pré-pubère, personne ne se bouscule au portillon et le téléphone ne sonne plus.

Sauf en provenance des Etats-Unis. Piotr Nowak, son ancien entraineur de DC United et sélectionneur des Etats-Unis U23, désormais responsable du Philadelphia Union, en Major League Soccer, décide de lui donner une nouvelle chance.

Relancé, Freddy Adu retrouve un peu de temps de jeu. Rien d’exceptionnel pour autant. Le coup de rein n’est plus là mais en quelques fulgurances, il se rappelle au bon souvenir de ses admirateurs. Il marque d’ailleurs 5 buts pour sa seconde saison à Phillie. Pas assez pour être conservé.

Lost, le disparu

Après son départ de Philadelphie, Freddy Adu a signé un contrat à Bahia en Serie A brésilienne, ne disputant que 2 matchs avant de voir son contrat être résilié en novembre 2013.

Depuis, il a effectué des essais, notamment à Blackpool en deuxième division anglaise. Mais malgré 3 semaines de présence, il n’a pas su convaincre.

Voici ce qu’il déclarait quelques jours plus tôt :

« J’ai seulement 24 ans et ma carrière a débuté il y a 10 ans. Ca fait un moment maintenant. Durant toutes ces années, il y a eu des hauts et des bas. Je reste heureux de ce que j’ai vécu quand j’étais plus jeune, mais je n’ai que 24 ans à l’heure actuelle. J’ai le temps de rattraper les erreurs que j’ai pu faire ».

Pas sûr …

 

 

Fiche de Freddy Adu

Nom : Adu
Prénom : Freddy
Date de naissance : 2 juin 1989
Lieu de naissance : Tema (Ghana)
Pays : Etats-Unis
Poste : Milieu offensif
Clubs successifs : Heights School, IMG Academy, Washington DC United, Real Salt Lake (Etats-Unis), Benfica Lisbonne (Portugal), AS Monaco (France), Belenenses (Portugal), Aris Salonique (Grèce), Caykur Rizespor (Turquie), Philadelphia Union (Etats-Unis), EC Bahia (Brésil)

Posted by EspoirsduFootball.com

EspoirsduFootball.com est le site de référence sur l'actualité des jeunes espoirs du foot français et international

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.