Portrait – Bilal Ouali, quand le talent ne suffit pas

Bilal Ouali a 21 ans. Il est originaire de Paris et jouait la saison dernière au Stade de Reims. Le joueur franco-algérien est doté d’un solide gabarit et d’une technique prometteuse. Il peut jouer sur les flancs ou attaquant de pointe, mais aussi n°10 poste où il exprime au mieux ses qualités. Il a aussi une forte personnalité et est très croyant.

Le jeune Bilal est un de ces joueurs talentueux pour qui les choses ne tournent pas exactement au compte de fées.

Premiers dribbles, premiers clashs.

A 15 ans Bilal rêve d’une carrière professionnelle et intègre les effectifs jeunes du Stade de Reims. Il fait sa place et se rend compte qu’il peut faire quelque chose de son talent.

Lors de la saison 2010-2011, il fait partie du groupe U19 Nationaux du Stade de Reims, il est déjà surclassé. Titulaire, il démontre sur le terrain qu’il est déterminé à aller plus loin et ses qualités ne laissent aucun doute quant à la suite de sa carrière, ce gamin a quelque chose ! Son entraîneur de l’époque en vient même à lui dire : « Tu as le talent pour jouer une Coupe du Monde » tandis qu’un agent lui assure qu’il aurait sa place dans n’importe quel effectif U19 de France.

Ces discours ne sont pas forcément les bons chez un joueur de cet âge la car on se met vite à rêver, on se monte la tête et la chute est plus violente lorsqu’elle n’est même pas envisagée.

Durant cette saison il est même appelé le 22 Janvier avec le groupe pro pour le match de coupe de France contre Clermont, match dans lequel il rentre en toute fin de rencontre. Mais cela restera la seule apparition dans le groupe pro de la saison.

La saison suivante, il intègre l’effectif pro du Stade de Reims pour la série de matchs amicaux de pré-saison, dans lesquels il rentre à chaque fois en cours de match et apporte sa fougue et sa vista. Ces matchs sont l’occasion pour lui de se frotter à des joueurs de L1 (AJ Auxerre, LOSC).

Il joue son premier match officiel le 22 Juillet 2011 contre Nantes pour le premier tour de la Coupe de la Ligue. Il ne rentre qu’en fin de match et ne parvient pas à qualifier les siens pour le prochain tour qui aurait certainement pu lui apporter encore un peu plus de temps de jeu.
Durant le début de saison il est convoqué 2 fois chez les pros en L2 (contre Amiens et Arles-Avignon), où il rentre à chaque fois en fin de match pour faire part de sa vitesse et de sa justesse technique quitte parfois à en faire un peu trop. Suite à ces matchs, il est laissé à disposition du groupe réserve en CFA2.

[ut_quote_rotator_alt] [ut_quote_alt author= »Bilal Ouali »] J’étais jeune, j’ai fait des erreurs par le passé, je l’ai payé. [/ut_quote_alt] [/ut_quote_rotator_alt]

Il est rappelé dans le groupe pro pour jouer le 7ème tour de coupe de France en Novembre, contre une DH il rentre en fin de match mais ne convint toujours pas Hubert Fournier.

Quelques problèmes relationnels avec l’entraîneur, un comportement critiqué (on dit de lui qu’il est suffisant, grognon, parfois trop individualiste) et un mauvais exemple donné lors d’une séance d’autographes et de photos avec les supporters, font qu’il ne sera plus convoqué cette saison-là avec les pros et jouera avec la réserve en CFA2 où il alternera entre blessures et contre performances. Il déclara au sujet de cette époque : « J’étais jeune, j’ai fait des erreurs par le passé, je l’ai payé. J’avais 17 ans quand je suis monté avec le groupe pro, mais je n’avais pas l’attitude pro. Je prenais les choses à la légère, on m’a renvoyé avec la réserve. Et puis vous savez, quand les gens ont une image de vous, il est difficile de s’en défaire par la suite. Le coach fait ses choix, je les respecte, moi je me donne à fond à l’entraînement »

La saison qui fait espérer.

Pour la saison 2012-2013, tandis que l’équipe A retrouve la L1, la réserve du stade de Reims est elle reléguée en DH. Il participe au stage de pré saison avec le groupe pro, joue les matchs amicaux, mais retourne avec la DH lorsque la saison débute.

Malgré cela, en octobre 2012 il part en stage avec la sélection U20 Algérienne à Clairefontaine, dans la foulée il participe au tournoi de l’UNAF en Algérie en Janvier 2013, lors duquel il met notamment un triplé contre la Tunisie.

La spirale positive commence à se mettre en place, il apparaît pour la première fois sur une feuille de match de L1 le 9 février à la 24ème journée de la saison contre l’AS Nancy Lorraine, mais ne rentrera pas.

Plusieurs observateurs de différents clubs remarquent le joueur mai début mars 2013 il signe son premier contrat pro avec le Stade de Reims. Il a 19 ans.

Il repart dans la foulée avec sa sélection pour disputer la CAN U20. Le 16 mars 2013 il honore sa première sélection avec l’Algérie. Malheureusement pour lui, les Fennecs ne se qualifient pas pour la suite de la compétition et manquent donc leur billet pour le mondial U20 en Turquie. C’est une grosse désillusion car la compétition se jouait sur leur sol.

De retour en club, la récente signature, ne lui ouvre pas tout de suite les portes de l’équipe première et il faut attendre la 36ème journée pour le voir réapparaître avec les A et le voir rentrer sur la pelouse à la 64ème minute contre le LOSC.

Il sera ensuite de nouveaux dans le groupe pour les 2 derniers matchs de la saison mais ne rentrera que contre l’OM lors du dernier match.

Le début des galères.

La saison suivante se présente alors comme les précédentes : il fait partie du groupe pro pour le stage de pré saison et pour les matchs amicaux. Il est dans le groupe pour le 2ème et le 3ème match de la saison (contre LOSC et OL) mais ne joue pas. Il ne sera plus jamais appelé avec l’équipe A du Stade de Reims. Ses problèmes de comportement (ceux d’un jeune à qui on a peu trop monté la tête, qui veut brûler es étapes) n’ont pas plu au coach qui ne l’a de toute façon jamais porté dans son cœur.

A la fin de saison, le club ne lève pas l’option de deux ans supplémentaires et met donc fin à l’aventure de Bilal au stade de Reims… Un gâchis aussi bien dû au comportement d’un jeune joueur a qui on a promis monts et merveilles car il a un potentiel indéniable, mais aussi au manque de compréhension d’un staff qui n’a pas su entourer le joueur et lui pardonner ses erreurs (pourtant « normales » pour le jeune âge du joueur)

Libre de tout contrat pendant l’été, il rejoint le RAEC Mons en D2 belge. Il justifie son choix par le fait que ce n’est qu’à deux heures de Paris où il a ses attaches familiales, et que le projet de remonter en D1 est ambitieux.

Il est très déterminé, et veut prouver que son talent est monstrueux mais il va encore une fois faire parler de lui pour autre chose que ses dribbles chaloupés et ses frappes venues d’ailleurs. En effet il n’est jamais titulaire et ne participe qu’à des bouts de matchs. Sa frustration est grande, il ne comprend pas pourquoi il ne joue pas et un jour de septembre, après s’être échauffé en fin de match, il ne rentre pas et passe sa colère sur un miroir dans le vestiaire. Après avoir présenté au groupe et au staff ses excuses il retrouve l’équipe mais est cette fois-ci handicapé par une blessure au ménisque qu’il ne pourra résorber avant la trêve. De plus, des problèmes personnels rendent sa situation un peu plus cauchemardesque.

« Ma mère est gravement malade et je supporte mal la distance qui nous sépare. Le tout, ajouté à ma saison difficile à Mons, ça fait beaucoup ! » 

Posted by Paulin Jovanovic

Tombé dans le football étant petit, je pratique et j'écris. Passionné par la découverte de talents futurs.