Les cinq grands espoirs de la coupe du Monde

Ces joueurs-là sont assez méconnus du grand public. Mais pour leur première participation à la Coupe du Monde, ils peuvent éclore au grand jour et faire figure de révélations de l’épreuve. S’il fallait parier sur cinq footballeurs en devenir sur cette planète, ce serait eux. Plus prometteurs encore qu’une paire d’As, voici la « quinte flush royal » des espoirs internationaux du football :

Le 10 de coeur : Carlos Gruezo (Equateur)

Âgé de seulement 19 ans, ce milieu offensif évolue en Allemagne, au VfB Stuttgart. Ce n’est pas un hasard si le sélectionneur équatorien, Reinaldo Rueda, l’a inclus dans sa liste des 23 joueurs participant au Mondial. Car ce joueur est ce que l’on appelle un garçon polyvalent. Formé au poste de latéral dans son premier club du Barcelona Guayaquil, il évoluait pourtant en position d’attaquant dans les équipes de jeunes de la sélection équatorienne ! A Stuttgart, il joue au milieu de terrain, dans un placement qu’il affectionne depuis deux ans maintenant. Ses qualités sont nombreuses, mais Carlos Gruezo est d’abord reconnu pour sa vision du jeu supérieure à la moyenne, et sa rapidité balle au pied. Technicien hors pair, le jeune équatorien est considéré dans son pays comme une future star, alors qu’il n’a disputé au sein de sa sélection que trois matchs amicaux lors de la période de préparation de l’Equateur à la coupe du Monde.

Le valet de cœur : William Carvalho (Portugal)

A 22 ans, le milieu défensif portugais est la nouvelle révélation du Sporting Portugal, où il a été formé, et mis en lumière par Leonardo Jardim, qui vient d’être nommé coach de l’AS Monaco. Costaud (1,87 m pour 89 kg) dans les duels, William Carvalho en impose par sa puissance, qui plait beaucoup, semble-t-il, aux recruteurs des clubs anglais. Ces derniers seraient prêts à mettre pas moins de 30 millions d’euros sur la table pour s’attribuer les services du joueur portugais, arrivé en Europe à l’âge de 10 ans, en provenance d’Angola. Reste à voir si son talent manifeste suffira à lui garantir une place de titulaire au sein de l’équipe du Portugal, où il est en concurrence avec du beau monde : Meireles, Moutinho et Veloso notamment…

La dame de cœur : Kostas Manolas (Grèce)

Âgé de 22 ans, il est le défenseur de l’Olympiakos Le Pirée. Et son oncle n’était autre que Stelios Manolas, lui aussi défenseur de la sélection nationale grecque. Désormais, c’est Kostas qui empêche les attaquants adverses de s’approcher du but. Il est titulaire à la Coupe du Monde grâce, il faut bien le reconnaître, d’abord aux blessures de plusieurs défenseurs hellènes. Mais son excellente saison 2013/2014 avec l’Olympiakos, malgré un petit manque de régularité, explique aussi pourquoi il a été aligné en charnière centrale par Fernando Santos. Le sélectionneur a d’ailleurs déjà démontré la grande confiance qu’il plaçait en ce joueur excellent dans les duels, ce qui fait la force de la défense grecque, le principal atout de la sélection. Kostas Manolas pourrait bien cet été, en cas de bon Mondial, quitter son pays natal pour l’Angleterre, où il est courtisé par Manchester United.

Le roi de cœur : Mateo Kovacic (Croatie)

A 20 ans, il évolue dans l’un des plus grands clubs d’Europe : l’Inter Milan, où il a été transféré en janvier 2013. Et est l’un des futurs grands milieux offensifs de son pays, avec Alen Halilovic, 17 ans, recruté il y a peu par le FC Barcelone, rien que ça, mais non retenu dans la sélection croate en 2014. Mateo Kovacic est lui titulaire dans son équipe nationale, un statut qu’il a acquis lors des qualifications à la Coupe du Monde. S’il a été formé en Croatie, au Dinamo Zagreb, Kovacic est né à Linz, en Autriche. En Italie, il a encore du mal à s’imposer pour le moment, malgré un potentiel technique très intéressant. Mais la tactique employée par le coach Walter Mazzari, qui prône le 3-5-2, ne l’avantage guère. Car si Kovacic est capable de jouer sur un côté, c’est dans l’axe, juste derrière l’attaquant, qu’il est dans son meilleur élément.

L’as de cœur : Ross Barkley (Angleterre) :

A 20 ans, le milieu offensif d’Everton est l’objet d’énormes attentes outre-Manche. Considéré comme « le plus grand espoir anglais depuis des décennies » par Gary Lineker, illustre avant-centre de l’Angleterre dans les années 1980, il suit le même chemin pour beaucoup de supporters anglais que l’exubérant Paul Gascoigne. Surdoué avec un ballon, Ross Barkley est le genre de joueurs capable de transpercer une défense à lui tout seul. Dribbleur génial et spectaculaire, le jeune Britannique peut aussi se montrer altruiste en distribuant des passes décisives. Mais il lui reste désormais à concrétiser son énorme potentiel, en faisant la différence lors d’une grande compétition comme le Mondial. Son sélectionneur, Roy Hodgson, n’attend rien de moins de lui.

Posted by EspoirsduFootball.com

EspoirsduFootball.com est le site de référence sur l'actualité des jeunes espoirs du foot français et international

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.