Entretien avec Amine Harit (FC Nantes), vainqueur de l’Euro U19 2016

Vainqueur de l’Euro U19 dimanche dernier avec l’Equipe de France (victoire 4-0 contre l’Italie), Amine Harit était un peu l’invité surprise du onze de départ de Ludovic Batelli.

Unanimement présenté comme l’une des belles révélations de la compétition, le jeune milieu de terrain du FC Nantes revient sur ce succès en Bleu et la saison à venir avec les Canaris.

Bonjour Amine, tout d’abord félicitations pour ton titre de champion d’Europe avec les U19 de l’EDF. Peux-tu te présenter brièvement pour nos lecteurs ?

Bonjour, merci beaucoup, je suis très content d’avoir remporté cette Compétition. Je m’appelle Amine Harit j’ai 19 ans, joueur du FC Nantes et international français depuis deux ans.

Avant d’arriver au FC Nantes à 15 ans, tu as intégré l’INF Clairefontaine et même joué avec le PSG pendant un an. Pourquoi un passage éclair au PSG. Comment se sont passées tes deux années à l’INF ? 

J’ai effectivement intégré l’INF de Clairefontaine étant plus jeune et joué pendant exactement 6 mois avec le PSG. J’y ai joué pendant une aussi courte durée pour des raisons personnelles. J’avais fait des détections pour jouer avec le PSG et j’ai été retenu. Ensuite, il y a eu un problème avec le trajet, j’habitais un peu trop loin et je devais quitter l’école plus tôt. Ça n’arrangeait pas beaucoup mon père, il a donc décidé de me retirer et de m’inscrire dans le club le plus proche de chez moi, l’Espérance Paris 19ème.

Concernant Clairefontaine, comme vous le savez c’est un institut réputé pour avoir formé des jeunes qui ont réussi au plus haut niveau. J’ai passé ma première année à l’INF sous la responsabilité de Gérard Prêcheur, aujourd’hui entraîneur de l’équipe féminine de l’Olympique Lyonnais. Elle s’est très bien passée, tout comme la deuxième année que j’ai passé avec Philippe Bretaud. J’ai ensuite intégré le centre de formation du FC Nantes.

Tu as donc choisi de signer aspirant pour 3 ans avec Nantes. As-tu eu d’autres propositions à ce moment là ? Qu’est ce qui a motivé ton choix ?

Oui j’ai eu d’autres propositions à ce moment là. Quand je suis allé visiter le Centre de formation du FC Nantes, j’y suis allé en compagnie de mon père. Mon père a apprécié les infrastructures, le discours des éducateurs, le projet sportif et scolaire du club. C’est principalement ce qui a motivé mon choix.

Est-ce durant ta formation chez les Canaris que tu as appris à lâcher le ballon au dernier moment avec un super timing ou bien avant ?

Il est clair qu’avant d’intégrer le FC Nantes j’avais un problème avec ça. Je ne lâchais pas le ballon au bon moment. Quand il fallait beaucoup en faire je n’en faisais pas assez, quand il ne fallait pas dribbler je me permettais de le faire, j’étais un peu en décalé. C’est durant ma formation que j’ai appris à gérer ça, grâce à différents entraîneurs. Je pense notamment à Damien Bonnin, Samuel Fenillat,  Philippe Mao et Charles Devineau. Ce sont vraiment ces personnes là qui m’ont aidé à progresser.

https://twitter.com/Amine_000/status/754058001607196674

Tu as découvert l’EDF assez tardivement soit la saison dernière avec les U18. As-tu pendant un moment douté de toi ?

Je n’ai jamais douté de mes qualités mais je savais qu’il fallait que je travail pour atteindre un niveau supérieur. J’ai bossé et j’ai eu ma chance l’année dernière avec les U18 de l’Equipe de France. C’est vrai qu’avant j’étais pas beaucoup travailleur, je me reposais plutôt sur mes qualités en pensant que ça allait faire la différence. Mais au bout d’un moment je me suis rendu compte que le travail était nécessaire pour réussir donc je me suis mis à bosser et j’ai été récompensé.

Venons-en maintenant à cet EURO U19  que tu as remporté hier avec tes coéquipiers. Ta sélection pour participer à la compétition a-t-elle était une surprise pour toi ? Tu as en effet pris la place de Nkunku dans le onze.

Surpris oui et non parce que ça faisait un an et demi que je préparais ça avec le groupe, je me sentais bien intégré. Donc pas vraiment surpris d’être dans le groupe. Après c’est vrai que je ne m’attendais pas forcément à être titulaire sur les cinq matchs qu’on a disputé. Comme je l’ai dit je suis un compétiteur, je m’attends à ce qu’il y ait de la concurrence partout et quand on me donne ma chance je n’hésite pas à la saisir et ça a plutôt bien marché et j’en suis plutôt fier.

Dans quel état d’esprit étiez vous après votre premier match synonyme de défaite face aux anglais ? Quel a été le déclic qui vous a permis d’arriver jusqu’au bout (Est-ce les cris de Ludovic Batelli sur le bord du terrain) ?

(Rire). Non vous pensez que le coach crie mais c’est sa manière de nous encourager, il a un timbre de voix assez fort donc vous pensez ça mais en fait non. Je pense qu’on a fait une mauvaise entame de match contre l’Angleterre, ça nous a servi de leçon car après on a dû courir derrière le score. On a su s’appuyer sur cette défaite là pour rebondir sur les matchs qui ont suivi. Je pense que le déclic du tournoi a été la victoire contre les Pays-Bas. C’est ce match qui nous a permis de vraiment nous rendre compte de nos qualités. On savait qu’on avait des qualités et sur ce match on a réussi à les mettre à profit du collectif pendant ce match là.

https://twitter.com/Amine_000/status/757332923355893760

Qu’est-ce que cela fait de passer de la réserve de Nantes à la médiatisation d’un Euro ?

C’est clair que je n’étais pas beaucoup médiatisé avant, je suis un peu plus sollicité à ce niveau là mais franchement je ne me focalise pas trop sur ça. Je sais que j’ai une saison très importante qui va arriver donc je me préoccupe surtout du terrain et de faire ce qu’on me demande à l’entraînement et en match. J’ai vu que ça marchait plutôt bien donc je vais continuer sur cette lancée pour faire une bonne saison et confirmer tout le bien qu’on pense de moi.

Parlons de ton avenir désormais. Tu as signé ton premier contrat pro en janvier dernier. Comment l’as-tu vécu ?

Franchement c’était un bonheur pour moi, je pense que chaque jeune qui joue au football a un rêve et c’est celui de devenir footballeur professionnel. J’ai réalisé un bout du rêve car pour moi signer un contrat pro n’est pas une fin en soi, je serais vraiment footballeur professionnel quand j’aurais fait un nombre de matchs conséquent en Ligue 1. Pour l’instant ce n’est pas le cas donc là c’est une saison importante et une occasion pour moi de gagner la confiance du coach et de montrer ce que j’ai su faire à l’Euro. En fait, le plus dur reste à faire, je viens juste de franchir une petite étape.

Tu as joué hier avec certains joueurs qui ont commencé à se faire une expérience en L2 et même pour certains en L1. Je pense notamment à Augustin à qui Emery a promis du temps de jeux, as-tu eu le même genre d’écho de la part de ton coach ?

Pour l’instant je n’ai reçu aucun écho, le coach a préparé sa saison avec les joueurs qu’il avait à sa disposition pour le début de la préparation. Maintenant mes coéquipiers de la sélection (Kwateng et Braat) et moi arrivons un peu après, le coach a pu voir nos matchs et je pense qu’il est content de nous. Un titre de Champion d’Europe ce n’est pas rien quand même. Comme je l’ai dit c’est à moi de venir et de montrer ce que je sais faire, j’espère que ça va plaire au coach et j’espère vraiment que je vais continuer sur cette lancée.

Tu sembles être un joueur polyvalent capable d’évoluer en 8 mais aussi un peu plus haut. Quel est ton véritable poste ?

Je me sens bien en 8 ou 10 après si on me demande de jouer 6 je vais m’adapter comme j’ai pu le faire la saison dernière en CFA en évoluant sur le côté gauche. On peut me mettre un peu partout sur la ligne offensive je m’adapte.

Quels sont tes objectifs en club pour la saison prochaine ?

Comme je l’ai dit j’espère faire le maximum de matchs en Ligue 1, prendre tout ce qu’il y a à prendre. Continuer à travailler avec la sélection pour les rassemblements qu’on aura afin de bien préparer la Coupe du Monde qui aura lieu l’année prochaine. Ce sont vraiment mes objectifs et tout cela passe par une préparation dès cette semaine avec le groupe pro du FC Nantes.

Toi et tes coéquipiers de la sélection êtes-vous déjà tourné vers le championnat du monde U20 en Corée ?

C’est clair, on va commencer à préparer ça en août avec il me semble une double confrontation face au Japon. Le titre qu’on a remporté dimanche dernier nous a motivé et il faut qu’on confirme ça lors de la prochaine Coupe du monde.

Il me semble avoir entendu dire que tu avais lu le livre de Matthieu Bideau et Laurent Mommeja « JVDFP ». Qu’en as-tu pensé ?

Oui en effet, c’est Matthieu qui m’a conseillé de le lire et c’est ce que j’ai fait. Il y’avait des choses dans lesquelles je me retrouvais notamment lorsque je faisais des « petites conneries » au Centre. Ça m’a permis de revoir des points sur lesquels j’ai pu évoluer et ceux sur lesquels je dois encore travailler. Je confirme donc à 100% les écrits de Matthieu Bideau.

Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Oui j’aimerais leur dire qu’il ne faut jamais baisser les bras, il faut toujours croire en ses rêves car rien n’est impossible dans la vie, que ce soit dans le foot ou ailleurs.

Fiche Amine Harit

Date de naissance : 18 juin 1997
Lieu de naissance : Pontoise (95)
Pays : France
Poste : Milieu
Clubs successifs : Argenteuil (2003 à 2004), Espérance Paris (2004 à 2007), Paris SG (2007 à 2008), Espérance Paris (2008 à 2011), Red Star (2011 à 2012), FC Nantes (depuis 2012).

Posted by Yazid

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.