Entretien avec Yoan Séverin, jeune français de la Juventus

Passé par les équipes de jeunes de l’Olympique Lyonnais et de l’Evian TG, Yoan Séverin évolue désormais à la Juventus Turin. Aligné avec les pros lors de la reprise, il a accepté de se confier à EspoirsduFootball.com.

Bonjour Yoan, tout d’abord, peux tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Yoan Severin, j’ai 19 ans, je suis né en France à Villeurbanne. J’ai commencé le foot à l’Isle d’Abeau à 5 ans et je suis parti a Bourgoin Jallieu par la suite. En U14, j’ai pris la direction de l’Olympique Lyonnais pour deux 2 ans avant de rejoindre l’ETG pour 1 an et demi avant de signer à la Juventus à l’été 2014.

Revenons sur ton parcours. Tu as effectué 2 années à l’Olympique Lyonnais, comment cela
s’est passé pour toi ?

La première année s’est très bien passée, j’étais titulaire, mon intégration était bonne. Les 6 premiers mois de ma seconde année à l’OL, en U15, étaient à l’image de la saison précédente : supers ! Malheureusement à partir du mois de décembre j’ai eu un coup de moins bien, j’ai eu une soudaine perte de confiance, ce qui m’a valu une baisse de temps de jeu.

À l’issue de ta saison en U15, Lyon et toi c’est fini, comment as-tu vécu la situation ?

Je suis sorti du rendez-vous avec mon père, j’étais en larmes. Lyon c’est mon club de cœur, ça a été dur à encaisser. Mais mon père m’a soutenu, m’a dis qu’il n’y avait pas que l’OL comme club.
J’étais en contact avec l’ETG, où je suis parti. J’ai eu la chance d’être entraîné par Souleymane Cissé, qui a su me redonner confiance.

Tu rebondis ensuite à l’ ETG où ton intégration s’est très bien déroulée. Raconte-nous.

Tout s’est parfaitement passé avec l’ETG. Je connaissais des joueurs, dont 3 ou 4 de l’OL et de la ligue Rhône Alpes. C’est un club familial, avec des valeurs dans lesquelles je me retrouve. Ça a tout de suite collé.

Tu refuses de signer à Juventus qui te suivait pour rester au club d’Evian une première fois. Pourquoi cette décision ?

J’avais déjà effectué la préparation avec mon équipe, je voulais pas la lâcher. Puis je ne me sentais pas prêt pour ce défi.

6 mois plus tard, la Vieille Dame revient à la charge et cette fois-ci, tu acceptes. Quel a été le déclic ?

Nous n’avions gagné que 2 matchs avec mon équipe, j’étais vraiment écœuré. La Juve faisait le forcing. Je n’ai plus hésité, j’y suis allé tout de suite. Le train ne repasserait peut-être pas une troisième fois.

Tu te blesses gravement en octobre 2014, peu de temps après ton arrivée à la Juventus, c’est un
gros coup dur. Comment as-tu réussi à surmonter cela ?

Au début quand j’ai appris que c’était les ligaments croisés, ça a été un choc. Heureusement, ma famille, ma copine, mes amis et mon agent m’ont aidé à surmonter cette phase. Au fil du temps, j’ai trouvé l’envie de travailler pour revenir plus fort. Les débuts avec le groupe après ma reprise ont été compliqué, j’ai mis du temps. Mais aujourd’hui tout va pour le mieux, je me sens très bien.

Après une saison avec la Primavera et 4 matchs de Youth League, tu intègres en ce début de saison le groupe professionnel. Tu reviens tout juste de l’International Champions Cup où tu as pu glaner du temps de jeu avec de l’équipe professionnelle. Peux tu nous décrire tes impressions ?

Ça a été une super expérience de jouer un match avec l’équipe A. C’est une immense fierté, que du positif! Jouer avec des grands joueurs est forcément enrichissant. Je profite à fond de chaque moment.

Quelles sont les différences entre la formation italienne et française ?

En Italie, il y beaucoup de course, de physique. Ma première préparation à la Juve j’ai eu du mal. Mais je me suis habitué. Les entraînements sont axés sur la tactique et de nombreuses séances vidéos.

Tu dois beaucoup apprendre aux cotés des talentueux et expérimentés défenseurs de la Juve. As-tu un modèle à ton poste ?

J’apprécie tous les défenseurs, chacune de leurs qualités. Bonucci par exemple excelle dans la relance, Chiellini, lui, est dur sur l’homme. Chacun possède des qualités énormes. Pendant le stage, j’ai énormément échangé avec Mehdi Benatia et Mario Lemina. Ils me parlent de leurs parcours et me donnent des conseils. C’est très enrichissant.

https://twitter.com/SeverinYoan/status/753912349128552448

Un petit mot sur la situation actuelle de l’ETG ? (ndlr : l’ETG est placé en redressement judiciaire)

J’étais attristé d’apprendre cette nouvelle car Evian est important pour moi. C’est le club qui m’a relancé. Je regardais les matchs tous les vendredi. Ils devraient commencer la saison en CFA 2. J’espère sincèrement que le l’ETG va se relever.

Que peut-on te souhaiter pour la suite ?

Je ne sais pas ce qu’il se passera cette saison ou dans les années futures mais de continuer à progresser, de jouer le maximum de matchs et devenir un grand joueur.

Un petit mot pour nos lecteurs ?

De ne jamais rien lâcher, de ne jamais baisser les bras et croire en soi car même si sur le coup certaines nouvelles peuvent faire très mal, comme mon père dit « il n’y a pas qu’un club, tu rebondiras. »

Fiche technique

Nom : Séverin
Prénom : Yoan
Date de naissance : 24 janvier 1997
Pays : France
Poste : Défenseur
Clubs successifs : Bourgoin, Lyon, Evian TG, Juventus Turin

Posted by Emmy Bineau

Sortie pas les pieds, pas une coincidence- Joueuse de D2 féminine - Etudes en communication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.