Danone Nations Cup 2017 – Entretien avec Rayan Allot, entraineur des U12 du Stade Brestois

Entretien avec Rayan Allot, entraîneur du Stade Brestois, qualifié pour la finale de la Danone Nations Cup qui a lieu le 11 juin 2017 à Bordeaux.

Les jeunes brestois prennent leurs aises à la Piverdière. Après leur victoire en 2016, lors de cette même étape rennaise de la Danone Nations Cup, les rouge et blanc ont récidivé cette année et se qualifient donc une nouvelle fois pour la finale nationale qui aura lieu le 11 juin prochain au Haillan, le centre d’entraînement des Girondins de Bordeaux. Si l’effectif a changé, Rayan Allot est toujours à la tête de l’équipe. Nous avons échangé avec lui, peu avant la finale.

Bonjour Rayan. Peux-tu revenir sur votre parcours en avril dernier lors de l’étape à la Piverdière ?

« La formule a changé par rapport à l’année dernière où il y avait des matchs tirés au sort puis quart, demi et finale. Cette année, il y avait 8 matchs tirés au sort à l’avance donc on connaissait déjà nos adversaires. Sans vouloir leur manquer de respect, nous nous sommes dit après le tirage, qu’il y avait peut être quelque chose à faire. Nous nous sommes pris au jeu rapidement, nous n’avons pas fait de faux pas et nous avons été régulier. Petit à petit, nous avons vu les échecs des autres clubs qui pouvaient être favoris et de notre côté, nous avons fait un sans faute. C’est donc logiquement que nous avons remporté l’étape. C’est malgré tout une grosse déception de ne pas avoir pu rencontrer des équipes de très haut niveau. L’année dernière nous avions rencontré Guingamp, Angers et Nantes par exemple. Cette année, nous avons gagné nos huit matchs mais nous n’avons pas eu de grosse confrontation. Vannes a terminé 2e et a fait un très beau parcours. Ils perdent leur premier match et gagnent ensuite tous leurs matchs dont certains avec bonus. Ils battent notamment Guingamp et se qualifient au dernier match en profitant du match nul de Rennes contre Orléans. »

Parmi les qualifiés, il y a plus de clubs amateurs que l’année dernière. Est-ce que la nouvelle formule favorise cela ?

« Avec la nouvelle formule, il y a deux équipes de plus mais le plateau est peut être moins impressionnant. Certaines équipes de clubs amateurs peuvent être de très bonnes surprises. Le temps de jeu est très réduit donc tout le monde peut rivaliser avec tout le monde. Il y a forcément la réussite qui rentre en jeu et l’efficacité dans la rencontre. Dans une compétition à élimination directe, comme c’était le cas l’année dernière, c’est souvent la meilleure équipe qui gagne. »

Peux-tu nous décrire ton effectif par rapport à l’année dernière ?

« L’an dernier, j’avais une équipe mature, très bien organisée et qui défendait très bien. Cette année j’ai une équipe avec un style différent. Nous avons beaucoup de joueurs offensifs avec des qualités de vitesse, de percussion et de dribble. Le danger peut venir de partout alors que l’année dernière c’était plus un jeu de possession. L’an dernier j’avais un groupe bien organisé où il n’y avait pas forcément de forte individualité. Au final, lorsque l’adversaire met une grosse pression, comme c’était le cas sur certains matchs l’année dernière à Lille, c’est difficile de placer son jeu sur un temps de jeu court. Malgré tout, la finale nationale l’année dernière a été très enrichissante. »

Justement, que gardez-vous de la précédente édition ?

« Je pense que c’était l’un de leur plus beau souvenir. Ils en parlent tout le temps et notamment aux générations suivantes. Ils ont toujours les tenues, les maillots, les survêtements. Tout cela restera gravé. Cet événement leur a permis de gagner en maturité et de voir que quand on se déplace sur une compétition comme celle-ci, il faut avoir un état d’esprit de groupe irréprochable. Je pense qu’ils ont beaucoup appris de cette finale. Sur l’année U13, on l’a vu car ils ont eu de supers résultats. Ils sont notamment allés en finale de plusieurs tournois internationaux. Pour nous, à Brest, chaque événement, chaque tournoi, participe aux progrès de l’enfant dans le groupe et dans le jeu. Au delà des souvenirs, l’opposition et le rythme lors de la Danone permettent forcément aux enfants de progresser. Lors de nos neuf matchs l’année dernière, il y avait de la qualité technique et de la densité. Le seul bémol est peut-être le temps de jeu qui fait que ce sont souvent les équipes très athlétiques qui s’imposent. »

Comment le déplacement est organisé ?

« Nous partons de Brest avec le car des joueurs professionnels. Nous avons ouvert le car aux familles pour pouvoir partager le moment ensemble. Pour les 3⁄4 du groupe, ce sera le dernier tournoi de la saison, et cela va ponctuer une belle aventure d’une année. »

Quels sont vos objectifs pour la finale ?

« Pour moi, gagner sans avoir un contenu intéressant c’est frustrant. On va essayer de jouer la compétition à fond. Avec l’expérience de l’année dernière et la qualité du groupe, je pense que c’est possible d’aller loin. J’évite de parler aux enfants de la possibilité de jouer la finale à New York et nous n’avons pas préparé le tournoi de manière plus particulière que les autres. Nous avons fait une séance très ludique cette semaine. La motivation est là. Personnellement, je vois plusieurs favoris pour cette finale : Toulouse, Bordeaux et Joinville. C’est magnifique pour les enfants de découvrir le Haillan. »

Posted by Jakez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *