Devenir footballeur professionnel – Comment réussir en centre de formation

Troisième épisode du récit de Matthieu Bideau, responsable de la cellule de recrutement du FC Nantes « comment devenir footballeur professionnel ». Dans cette partie, il décrit les aptitudes nécessaires pour s’imposer dans un centre de formation. Aptitudes techniques, athlétiques, psychologiques …

LES APTITUDES INDISPENSABLES POUR REUSSIR EN CENTRE DE FORMATION

Le football comme beaucoup d’autres sports a beaucoup évolué au cours des dernières années. Le paramètre athlétique a pris une dimension non négligeable au fil du temps. Le footballeur moderne est au delà de ses qualités footballistiques un réel athlète de haut niveau.

Au niveau du recrutement des jeunes joueurs pour devenir footballeur professionnel tout est donc mis en place afin d’évaluer au mieux l’évolution athlétique de votre enfant, surtout dans le cadre d’un recrutement précoce … Test osseux au niveau du poignet afin d’évaluer la future taille, test de vitesse, test de Vitesse Maximale Aérobie…

Heureusement les dimensions techniques, mentales et méthodologiques sont encore et toujours ultra décisives dans le choix des recruteurs.

L’objectif des propos qui vont suivre va être de vous renseigner sur les aptitudes recherchées en priorité par « les chasseurs de tête ». A noter qu’une aptitude peut se définir comme « qui a des dispositions pour » selon le petit Larousse. Les qualités ciblées et attendues sont en majeure partie des qualités qui relèvent du potentiel inné de l’enfant, qualités qu’il va falloir par la suite développer lors du processus de formation.

Les aptitudes techniques

Maîtriser les fondamentaux techniques du ballon rond est un préalable indispensable pour pouvoir envisager d’intégrer une structure élitiste en football.  Le ballon ne doit pas être une contrainte, « il doit être l’ami du joueur». Le joueur doit pouvoir décentrer son attention du ballon afin d’analyser très rapidement une situation complexe en terme de prise d’informations. La pression temporelle est devenue tellement accrue sur les terrains de niveau national que les jeunes joueurs doivent développer des qualités techniques fortes afin d’enchaîner rapidement deux gestes efficaces (dribble/passe, contrôle/passe, contrôle/frappe). Ils doivent optimiser leur vitesse gestuelle plus communément appelée vitesse d’exécution. Un jeune joueur doué techniquement peut être repéré sur un match ou un entraînement  uniquement sur un ou deux gestes techniques « au dessus du lot » comme un enchaînement efficace de dribble/centre, un enchaînement tacle de récupération/relance courte  ou encore un enchaînement du type contrôle dos au but/tir en pivot. De façon quasi automatique le superviseur regarde si le joueur est capable d’utiliser naturellement ses deux pieds.

Il est commun, surtout chez nos jeunes, de confondre le joueur dit « technique » et « le joueur capable de gestes techniques offensifs forts » type double passement de jambes et autres roulettes variées. Le degré de maîtrise technique est déterminé en fonction d’un poste et d’une zone de jeu.  Le bon geste technique doit être efficace et respecter ce que demande le jeu … Une passe « claquée » au sol d’un défenseur axial dans la course de son latéral en situation de relance est tout aussi technique qu’une déviation extérieur du pied d’un milieu excentré vers son attaquant. Etre « technique » c’est d’abord et surtout faire le geste juste dans une situation de jeu particulière !

 Les aptitudes athlétiques

Pour réussir dans le football professionnel actuel le joueur doit posséder un panel athlétique complet. Les qualités indispensables sont : La tonicité musculaire (nécessaire pour changer de rythme), la puissance (nécessaire pour s’imposer dans un jeu basé sur la conquête des duels), la vitesse (nécessaire pour éliminer ou rattraper une situation de duel perdu) et la capacité à répéter les efforts (la fameuse et incontournable VMA). Les autres qualités athlétiques qui peuvent taper à l’œil des « chasseurs de tête » sont : La force, la souplesse ou encore la coordination.

Il est coutume de dire d’un joueur qu’il est « athlétique » lorsqu’il est grand et musclé. S’il est lent, peu tonique et pas capable de répéter les efforts, ce dernier est tout sauf armé pour le haut niveau. Xavi ou Inesta du grand Barça, de part leur volume de jeu (donc leur VMA élevée) et leur explosivité sur quelques mètres sont des joueurs très athlétiques. Daniel Alves, latéral droit de ce même Barça, malgré un gabarit très filiforme lui aussi est un joueur athlétique. Sa capacité à prendre le couloir plusieurs fois par match alliée à une forte vitesse de course et une tonicité rare font de lui un joueur ultra performant à son poste.

Le footballeur moderne, en fonction du poste où il évolue, doit combiner deux ou trois qualités athlétiques fortes et avoir comme socle commun une grosse VMA, nécessaire pour avaler les kilomètres sur le terrain.

Le « simple régaleur » de ballon, sorte de numéro dix à l’ancienne ou encore de libéro « jouant dans un fauteuil », ne peut plus exister dans le football actuel. Sans « gaz », sans « punch », sans un « gros réservoir », sans des « cannes de feu » (tous ces termes employés par les recruteurs), un joueur ne peut réussir au haut niveau.

Les aptitudes psychologiques

Elles sont de deux ordres : Les aptitudes psychologiques liées à la compréhension et les aptitudes psychologiques liées à la motivation. Il vous faudra un savant équilibre de ces dernières pour pouvoir atteindre le haut niveau. La formation en football comme toute autre formation (de boulanger ou d’ingénieur) nécessite d’assimiler des contenus divers et de mettre en application ces derniers de la façon la plus efficiente possible. L’aptitude à écouter, l’aptitude à comprendre un discours spécifique et enfin l’aptitude à mettre en application les données enregistrées sont des préalables à tout processus de formation.  Le joueur qui écoute, qui comprend et qui essaye de faire à beaucoup plus de chances de réussir que celui qui n’écoute pas, qui ne comprend pas ou qui fait ce qu’il veut. Logique !

Le paramètre motivation a aussi une part déterminante, comme dans tout processus menant à la réussite. Un célèbre théoricien dela Performance(Schmitt) résumait de manière très simple et mathématique l’atteinte de la performance : Performance = Compétence * Motivation. Un joueur uniquement compétent ne réussira pas tout comme un joueur uniquement motivé.

De plus en plus les centres de formation et les équipes professionnelles recherchent des joueurs dits « fiables ». La fiabilité d’un joueur s’évalue par sa capacité à reproduire un niveau de performance régulier. Trop de jeunes joueurs en formation aujourd’hui choisissent, calculent, trichent sur certaines séances, font quand ils ont envie de faire … Le fameux credo « Celui qui renonce à devenir meilleur cesse déjà d’être bon » est à garder dans un coin de sa tête au quotidien. Un joueur très compétent, en quelque sorte « doué », peut ne pas être fiable (L’exemple type est Hatem Ben Arfa). Il faut donc bien faire la différence entre le performance motrice (évaluée au quotidien à l’entraînement dans des situations souvent décontextualisées = Compétence) et la performance sportive (évaluée en situation de compétition = Performance). Dans le haut niveau le joueur est jugé uniquement sur ses performances sportives. Et il est rare d’être très performant, et fiable en match le week end, lorsque vous ne l’êtes pas au quotidien la semaine.

 Les aptitudes méthodologiques

Ce sont sûrement les plus méconnues de nos jeunes et pourtant elles participent grandement à leur évolution. Ces qualités sont directement liées aux concepts de responsabilité et d’autonomie. Il existe beaucoup de petits détails, observés par toutes les cellules recrutement, qui peuvent être importants dans la décision finale de recruter le joueur, ou pas. S’étirer efficacement, être capable de le faire sans avoir un adulte à ses côtés, s’alimenter de façon équilibrée et prévoyante, se coucher à des heures raisonnables, prendre de l’avance dans son travail scolaire, aller voir le kiné en prévention et non pas uniquement en guérison, se prendre en charge en période de blessure … Toutes ces habitudes de vie liées à la pratique d’un sport de haut niveau sont un vrai plus en terme de réussite. On dit souvent d’un jeune joueur qu’il « est déjà pro dans sa tête». Ceci fait référence à tous ces petits détails qui, mis bout à bout sur une période de formation de cinq à sept ans, peuvent faire la différence à l’arrivée. Le corps du footballeur est son « outil de travail ». Il se doit donc de le respecter et de l’entretenir comme il se doit. Les prés requis méthodologiques sont acquis plus ou moins tôt chez l’adolescent en formation. Plus tôt il met en place une routine de fonctionnement dans les « à côté » du terrain, plus il augmente ses chances de réussir dans le futur.

A noter pour tous les jeunes qui ont eu, ou auront, la chance de partir à l’essai en club professionnel : Nous avons pour habitude de ne pas trop vous donner d’indication lors de votre venue en stage sur les routines de fonctionnement … Et ce justement pour évaluer vos aptitudes méthodologiques. En un ou deux jours on juge facilement de votre sérieux en général et de vos habitudes, qu’elles soient bonnes, ou mauvaises…

 A venir Episode 4 : « Comment se faire repérer ? »

Directeur de la publication

5 Commentaires

  • Répondre août 18, 2011

    LF92

    Je trouve ce document vraiment très intéressant. Ces premiers thèmes abordés sont expliqués de façon claire et précise. 
    On devine bien la complexité à évoluer dans ce milieu pour un jeune joueur qui veut réaliser son rêve et les exigences attendues pour espérer y parvenir.

    A suivre !

  • Répondre août 19, 2011

    M.Bideau

    Merci beaucoup. Ça fait très plaisir… Vraiment !
    M.B

  • Répondre août 19, 2011

    PC44

    J’ai plongé dans ces 3 premiers épisodes avec assiduité, les récits sont bien enchainés et nous expliquent bien la complexité d’une formation de haut niveau pour des enfants qui doivent endurer digérer des efforts physiques et mentaux hors normes pour la plupart des autres jeunes sportifs.
    Merci de nous éclairer sur ce monde fascinant.

  • [...] EPISODE 3 : LES APTITUDES INDISPENSABLES POUR REUSSIR [...]

  • Répondre juin 20, 2012

    Mounir Fourti

    Matthieu Bideau j’ai apprécier tout ce que vous dites tout sa est veridique je souhaiterais savoir si ya une chance de faire des test ?

Laissez une réponse